Chronique de festival : Le Ragnard Rock

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chronique de festival : Le Ragnard Rock

Message par Sambre le Mar 26 Juil - 16:10

Revenue de festival, je m'essaie à la chronique afin de rendre compte de l'ambiance! Je ne vous parlerai pas trop musique, je n'irai pas dans les détails de spécialistes, (je m'adapte à mes lecteurs : vous). Quelques photos, principalement pas de moi, j'ai pas trop eu l'occasion! J'espère que vous apprécierez le retour et que ça vous donnera envie de vous rendre à Simandre sur Suran!
PS : je veux bien vrai retour sur la forme et la technique d'écriture, c'est ma première chronique!


Nous y étions l'an passé, c'était leur première édition. L'organisation a galéré, les festivaliers aussi mais l'affiche était tellement belle qu'on leur a pardonné. Un an après, nous avons oublié les points négatifs (inconfort, canicule, désinformation, les menaces de SOS racisme) et on y retourne! Comme de fiers vikings que nous ne sommes pas!

TRAILER OFFICIEL DE CETTE DEUXIEME EDITION

Mon cher et tendre, notre co-voitureur et moi même, arrivons jeudi en fin d'après midi, suite à deux heures de routes et quelques déviations non voulues au travers de la campagne de l'Ain (oui, on s'est perdu!). Temps d'attente pour qu'on nous remette les bracelets à l'entrée : 3 heures, suite à un problème informatique. Nous avions tous les sacs et la tente. La file d'attente est composée d'environ 1000 personnes qui font l'apéro, tous ensemble dans l'herbe en se plaignant. Les premiers groupes commencent à jouer, on est même pas rentré sur le fest...la loose!

On entre enfin, on a nos bracelets, personne n'a vérifié nos billets et on a pas pu acheter de PASS douche. Tant pis, on en a marre, on veut juste monter notre campement avant la nuit! Premier camping : complet. L'organisation en ouvre un deuxième, ça gueule, ça essaie de passer en force. On s'installe en haut de la butte, on choppe quelques bières, et on descend vite aux scènes, pas question de rater plus de groupes! On se rend compte qu'il y a bien 5-10 minutes de marche entre notre tente et l'entrée du festival...pas grave! Par contre, on est loin des toilettes...mais à la lisière de la forêt. J'ai toujours aimé faire pipi dans les bois!

Pour entrer dans le fest' cette année, c'est la fouille au corps. Etat d'urgence oblige, on remarquera la présence de la gendarmerie armée, en plus de l'équipe de sécurité. Il y a environ 5 fois plus de queue côté homme que côté femme. C'est l'avantage d'être une nana dans un milieu de mecs. Palpation de soutien-gorge, bas de pantalon, ceinture, vérification sous les robes (non, j'ai rien planqué dans ma culotte!). Tout objet tranchant est interdit, pas de drapeau non plus, pas de bouchon sur les bouteilles, pas de bouteille en verre, ni de patte de sanglier (cf : un collègue belge refoulé à l'entrée avec). Autorisé : acheter des armes forgés sur les stands et se balader avec, porter des bracelets à pics de 20 cm quand on est VIP, les chaises de camping, les cornes à boire de 2 mètres de long. Logique???? absente.

Bon, c'est pas tout mais on a soif! On veut de la bière. Ici la bière ça s'achète en runes, des jetons en plastiques échangés contre de l'argent. 1 rune = 2.50 euros. Ok. Une pinte de Kro = 2 runes, soit 6 euros...quand même! Une pinte de Skoll = 4 runes, soit 10 euros! (c'est un scandale!)
Pour manger on verra plus tard, on a pris un peu de ravitaillement à la tente et surtout, ça n'a pas l'air donné. Divers stands de commerçants locaux sont installés : kebab, hot dog, paninis, crêpes, churros, bonbon Haribo (?!) et surtout la nourriture ukrainienne, à côté du stand vegan!

Avant la tête d'affiche de ce soir, l'attente est longue, il y a beaucoup de retard. 1h15 à poireauter, on visite le village viking. Cette année il a vraiment de la gueule! Plein de jolies tentes à l'ancienne, vendant bijoux, armes, fourrures, travail du cuir et même....un petit coin lecture divinatoire des runes! Au centre un espace a été aménagé pour les spectacles. Ce soir ça jongle avec des bâtons enflammés! Plus tard il y aura de la lutte, du tir à la corde faisant participer le public, et même un petit tournois spécial pour les enfants! Nouveauté pour cette édition également : une scène folk installée à côté du village! Plus petite que les deux autres et permettant plus de proximité entre les artistes et le public, ça a beaucoup remué pendant 3 jours! On s'est enjaillé sur Les Compagnons du Gras Jambon (enfin il paraît).

Toujours rien à l'horizon, nous nous rendons au stand de merchanding. Cette année il est couvert et bien regroupé. On retrouve des labels assez spécialisés dans le black metal, des fringues goth, des tee shirt, des vinyles, des CD, des cassettes, des patch, des raretés, une vraie mine d'or remplie de pépites pour les connaisseurs collectionneurs, qui n'auraient pas dépensé tout leur argent dans la bière.
On se dit qu'on se trouvera des tee-shirts demain matin, avant que ce ne soit dévalisé. Notre co-voitureur s'emporte, il fait réserver une dizaine de CD.

Quelques notes suffisent à nous faire dresser l'oreille, le groupe tant attendu et sous haute surveillance débute enfin son show! Nokturnal Mortum, groupe ukrainien ayant par le passé revendiqué des idées d'extrême droite très prononcées. Son public est composé d'un certain nombre de nazis. Depuis 10 ans, le groupe a changé ses musiciens, et les orientations politiques ne se font plus ressentir au niveau musical. Aucune parole revendicatrice, pas d'albums connotés. Cela ne les a pas empêché d'être interdits de jouer un peu partout en Europe. Ils se sont produits en France pour la première fois l'an passé, sur ce même festival et tout s'est bien déroulé. Le show était d'ailleurs excellent, le meilleur des 3 jours, de grands musiciens qui savent envahir l'espace de la scène et mettre le paquet! Envoûtant à souhait. Ce soir tout le monde les attend avec impatiente. La pression monte dans le public, il fait nuit, il fait frais, le ciel est dégagé, c'est la pleine lune. La scène est grande, bien décorée et il y a même un écran au fond qui diffuse des images de fougères et de lichens, pourquoi pas. Les pieds de micro inimitables du groupes sont mis en avant, le visuel est frappant, c'est beau, c'est sale, c'est païen, c'est black metal! Cette année encore on s'est pris une sacrée claque musicalement! Peut être étions-nous moins enthousiasmé que l'an passé, est-ce qu'on s'habituerait à leur présence en France? serait-ce à cause de la fatigue ? l'attente? une set-list moins efficace dixit notre co-voitureur (moi je l'ai adoré ce set). Bref, c'était quand même vachement bon.

Fin des concerts pour cette soirée d'ouverture, la première journée débutant officiellement le lendemain. Nous rentrons jusqu'à la tente, avec plus des projecteurs pour éclairer notre route (l'an passé on était plongé dans le noir à la fin des concerts). Quelques pauses pipi dans les bois, et nous cherchons nos tentes. Par chance (ou malchance ahah!) un ensemble de tentes, avec tonnelle et une bannière "L'ordre du porc cristal" ce sont installés juste à côté de nous. Ils ont une lampe de chantier qui clignote dans la nuit, impossible de se perdre! Bonsoir les voisins! Trop crevés pour les attendre et faire connaissance, on va se coucher. Quelques dizaines de minutes plus tard, nous constatons à l'accent que nos voisins sont belges, complètement bourrés, et adorent imiter l'accent africain....gggnnnnn....

La suite plus tard!

" />

" />

" />

" />



NOKTURNAL MORTUM (déjà sur Youtube!)


Dernière édition par Sambre le Sam 30 Juil - 9:21, édité 1 fois
avatar
Sambre
Petit crayon
Petit crayon

Féminin Messages : 251
Points : 260
Date d'inscription : 03/07/2016
Age : 27
Localisation : je suis d'ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique de festival : Le Ragnard Rock

Message par Serely le Mar 26 Juil - 18:50

Ca fait bien envie! Et vive le porc de cristal xD

Pour ce genre de rapport d'évènements, tu as plusieurs options :

- Chronologique, comme tu as fait, qui est intéressant pour bien détailler la situation. C'est pas imbuvable quand on sépare bien certaines parties, qu'on rentre pas trop le détail et qu'on émaille de petites anecdotes marrantes, comme tu as fait.

- Ou structurelle genre "les concerts" (une heure à attendre le premier jour etc) "les consos" (la bière en runes) "les animations" (le stand viking) etc et condenser dans chaque partie le résumé des jours que tu as passé là-bas.

Les deux se tiennent, après tout dépend de ce que tu veux faire. Si tu es sur un blog spécialiste de l'évènementiel, tu as plutôt intérêt à hiérarchiser en structure pour que ton lecteur trouve rapidement l'information dont il a besoin (par exemple, lire ton article peut l'aider à se faire une idée avant d'acheter les billets pour la session 2017).
Si tu es plutôt sur un blog ou un forum en mode plus relax, le côté chronologique est plus sympa, en émaillant de petites histoires et d'impressions persos, pour donner la sensation au lecteur d'être assis sur un canapé avec toi à t'écouter tranquillement lui raconter ton festoche à toi. Du coup, il faut trouver des astuces pour rendre l'histoire sympa, voire "intime" dans une certaine mesure (genre tu la racontes à ton pote ^^).

Donc in fine, j'ai trouvé ta chronique très sympa, très claire et effectivement ça donne envie de découvrir les lieux, ça a l'air carrément "pittoresque" (dans le bon sens du terme) et les personnes y participant ont l'air bien dans le délire viking à mort. Mention spéciale pour les armes achetées sur place après contrôle de la gendarmerie genre pour se donner bonne conscience. Et pour les bonbons Haribo, qui étaient tout à fait essentiel au bon déroulement du concert et à la panoplie du parfait métaleux viking.

_________________
"un mauvais dessin ne fait pas de moi un mauvais dessinateur"
" Il est impossible d'apprendre sans comprendre, et de comprendre sans savoir."
"Un jour j'étais contente d'avoir trouvé la lumière, avant de réaliser que je venais juste de me cogner la tête."
avatar
Serely
Admin

Féminin Messages : 347
Points : 403
Date d'inscription : 12/06/2016
Age : 29
Localisation : Rhône

Voir le profil de l'utilisateur http://latelierdesartistes.forumactif.org https://serelyartwork.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique de festival : Le Ragnard Rock

Message par Sambre le Mer 27 Juil - 13:53

Merci pour ta réponse rapide. Bon, je m'attendais à des critiques plus virulentes ^^ Mais bon, du coup je continue sur ma lancée.
Ma chronique a un caractère plutôt personnel, et vu le nombre de metalleux-journalistes-bloggeurs-photographes auto proclamés, je ne compte pas essayer de la diffuser sur un webzine spécialisé. En fait, je vois plus ça comme un souvenir de vacances, qui fait un peu "récit de voyage" mais agréable à lire pour ceux qui n'ont pas été au festival. Je suis contente que le festival t'intéresse, et je t'aurai vivement conseillé de t'y rendre...mais euh....l'an passé ou dans quelques années du coup!J'enchaîne chronologiquement sur les autres jours, dans la joie et la bonne humeur, malgré les nombreux obstacles liés à l'organisation!


RUNNING ORDER DES 3 JOURS

Odin et Thor étant les deux grosses scènes principales, situées côte à côte. Heim : la petite scène folK
" />

Dur réveil ce vendredi matin, on avait un peu oublié l'inconfort de dormir sous la tente. La nuit a été particulièrement calme sur le camping, ce qui était plutôt appréciable. Je suppose que les gens étaient trop claqués pour se bourrer la gueule jusqu'à 5 heures du matin.
Les missions de la matinée : accéder aux pass douche, trouver un running order, aller aux toilettes, se laver. Rien que ça, croyez-moi, ça relève de l'exploit! Le PASS DOUCHE est à 5 euros (BIM!), on trouve facilement l'ordre de passage des groupes. Maintenant, testons les sanitaires.

Une queue qui semble interminable s’agrandit régulièrement devant les 12 cabanes en bois que forment les toilettes sèches du camping. 5000 festivaliers que tu divises par 12 ça fait 417 personnes en moyenne par toilette le matin. Tu multiplies par environ 5 minutes par personne et si t'es fort en maths, tu comprends que tu peux potentiellement attendre 2080 minutes pour chier! Bon en réalité, tout le monde n'y va pas en même temps, et à 10 heures du matin les toilettes des scènes ouvrent. En gros t'en as pour entre 20 et 40 minutes d'attente en heure de pointe. Mention spéciale pour la propreté, bravo et merci!

Les douches : il y en a 12 pour tout le camping et vous savez quoi? Les metalleux adorent se laver, mettre des produits qui sentent bon, et rester des heures sous l'eau! résultat des courses, la queue est réellement interminable! Serviette sur l'épaule et gel douche en poche, nous nous armons de patiente. Certains festivaliers nous narguent : il y a beaucoup de gens salent par ici! Oui, en 4 jours, tout le monde ne prend pas la peine de se laver! Plus d'une heure d'attente, il reste moins de 10 personnes devant nous quand soudain un bénévole habillé en médiéviste nous demande de partir car c'est l'heure de fermer! Plus d'une heure de queue au soleil pour rien? On proteste. Finalement, le viking nous promet d'ouvrir les douche juste pour nous à 17h30 au lieu de 18 heures. Sceptiques, on accepte, pas le choix. Finalement au aura nos douches à l'heure prévue, et tièdes, le pied! Je réalise quand même une toilette de chat au seul point d'eau du camping, comprenant des éviers sans évacuation. Les festivaliers qui ont installé leur tente à côté devront déménager demain si ils ne veulent pas finir inondés!

Bon, avec toutes ces histoires, il est 13 heures passées et on a faim, on a soif, on est toujours sales, et on va devoir choisir les concerts qu'on ne veut pas rater. Nous décidons de manger ukrainien pour tester. Pour 3 runes (8 euros pour le rappel) nous avons une petite assiette composée d'une bonne part de rôti de porc au poivre, accompagnée des ses pommes de terre à la sauce au beurre et à l'aneth! Çà sent bon, et ça à l'air mille fois plus sain que les kebabs d'à côté. En dessert, on nous propose des raviolis aux fruits et à la crème. On a faim mais on roule pas sur l'or...euh sur les runes, alors on savoure notre excellent plat traditionnel en léchant l'assiette!


Programme de l'après-midi : faire un saut au village de Simandre afin de trouver un bureau de tabac, un commerçant qui nous prête ses toilettes, un peu de ravitaillement à l'épicerie. Idéalement on voudrait assister à : Malepeste, Belenos et Belphegor (la tête d'affiche illisible de la scène Thor) Oui, nous sommes des blackeux!
Après quelques pérégrinations dans les villages alentours et la découverte d'un super coin de baignade (loin mais tranquille) nous arrivons un peu en retard pour Malepeste.

Nous avons juste l'occasion de profiter de la fin du set mais c'était bon! Malepeste est un petit groupe lyonnais de blackmetal qui a fort malheureusement subi une réputation nauséeuse non justifiée de la part de SOS Racisme. Ils ont confondu avec Mal-Peste (groupe officiellement d'extrême droite mais non invité au festival). Belenos est également un groupe de black pagan français fort sympathique. Quant à Belphegor ce sont des stars qu'on ne présente plus dans le milieu : du bon gros black death à ne pas rater en live! Quant à Faun, ils raviront les amateurs de musique folklorique par leur poésie et leur douceur.

Au final nous avons été déçu par Bélénos. Ce n'était pas mauvais, mais on a tellement aimé sur CD, que la différence avec la prestation scénique assez fade nous a laissé pantois. Nous sommes allé manger en écoutant Cruachan, groupe folk de ma jeunesse qui a bien changé ces dernières années. J'ai pu chantonner joyeusement "Ride On", entre deux bouchées de tacos vegan!
Le show de Belphegor était magistral, ce qui a relevé le niveau des concerts de la soirée. C'était tellement bon que lorsque Faun à commencé, dans un registre totalement différent, on a préféré retourner à la tente pour finir sur ce qui nous a plu! Nos voisins belges ont été plus calmes, conscients d'avoir été un peu bruyants la nuit passé. Des gens bien sympathiques dans le fond!

Disposition des scènes principales (en début d'aprèm le jeudi, il y a personne!)

" />

Belphegor : photo personnelle

" />

Faun : photo d'un autre festival, j'actualiserai quand celles du Ragnard rock seront disponibles

" />

Pour les oreilles curieuses, les 3 têtes d'affiche de la soirée






Dernière édition par Sambre le Sam 30 Juil - 9:28, édité 1 fois
avatar
Sambre
Petit crayon
Petit crayon

Féminin Messages : 251
Points : 260
Date d'inscription : 03/07/2016
Age : 27
Localisation : je suis d'ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique de festival : Le Ragnard Rock

Message par Sambre le Jeu 28 Juil - 10:59

La nuit du jeudi au vendredi aura été plus agitée. On retrouve la véritable ambiance de camping, avec les fameux "APERO!" beuglés à toute heure, ceux qui soufflent dans leur corne en réveillant à moitié du camping à 3 heures du matin, et les "RESPECTEZ LES GENS QUI DORMENT" scandés pendant 20 minutes. Vous l'aurez compris, les gros délire beauf' toute la nuit c'est pas mon truc!

Même routine matinale que la veille, on prend le pli. On décide juste d'aller se doucher plus tôt, histoire qu'on ne nous ferme pas les douches au nez. Les concerts immanquables du jour sont : Forteresse, Khors et Graveland. Ça doit vous paraître peu 3 groupes, quand on voit l'affiche, mais les autres groupes on les entend au loin et plutôt bien. Et puis, on vit au ralenti ici, on est hors du temps.

Aujourd'hui nous faisons plus ample connaissance avec nos voisins belges. Ils ont une petite tonnelle pour s'abriter du soleil et de la boisson de chez eux. Après avoir mangé nos rations, on organise un apéro géant qui dure...dure... jusqu'à presque 18 heures! De nouveaux voisins s'installent juste pour une nuit, ils ont une super tente à l'ancienne et de la charcuterie.

On se raconte des anecdotes marrantes, surtout à propos de la rumeur qui plane sur le festival depuis 3 mois : on serait tous fachos, les organisateurs, les groupes et le public. Le festival a SOS racisme et la LICRA sur le dos! Hier soir, un type défoncé est venu parler à nos voisins, il disait faire des Sieg Heil (salut hitlérien), notre compagnon au fort accent belge, qui ne comprenait pas lui répond "Quoi?! tu fais des zigzag?" et la blague est restée : Les nazis, ils zigzaguent  Very Happy  

J'ai beau être apolitique, surtout en ce qui concerne la musique, on ne peut pourtant pas se le cacher : des nazillons il y en a, très peu ici contrairement à ce que des personnes extérieures essaient de faire croire. Il y en a toujours eu et il y en aura toujours dans le milieu metal. Alors pourquoi précisément à ce festival? L'événement se revendique apolitique, pourquoi l'accuse t'on à tort d'être un nid de fachos? Certains groupes Ukrainiens et Polonais notamment, soutiennent des partis d'extrême droite de leur pays, ils tournent très peu en France pour ne pas dire jamais. Ajoutons à cela qu'il existe dans le black metal une mouvance "musicale" appelée le NSBM (National Socialism Black Metal) pas besoin de vous faire un dessin, enfin on peut établir un rapport étroit entre paganisme et race arienne. Combinez tout cela au même endroit et vous aurez....beaucoup de rumeurs!

Certes, un nazis c'est con, mais pas au point de se faire repérer par la gendarmerie et les journalistes, pas au point de se faire virer du festival ou de participer à sa dissolution. La plupart du temps la cohabitation est pacifiste. Si on fait attention, bien sûr, on remarquera des tee-shirt de groupes NSBM ou à la gloire du IIIème reich. La palme revient quand même à celui qui abhorrait un tee-shirt "Proud to be White". On entendra le soir dans les tentes des chants allemands ou français plus que douteux. C'est malheureux, mais c'est comme ça pour le moment.

Par contre, cette année, les journalistes n'ont rien raté. Ils ont épinglé en photo les salut nazis du public, ils les ont même compté....(je sais pas comment ils on fait, parce que tout le monde lève les bras dans les concerts....m'enfin!) Est-ce que tout cela tiendra debout devant un tribunal? affaire à suivre...en touts cas, la préfecture de l'Ain salue le civisme et la propreté des festivaliers. Merci!

Parlons musique à présent. Pour nous, les concerts ont commencé à 18 heures et on était bien attaqué par notre après-midi apéro. Forteresse est une formation québécoise de Metal Noir, tabarnak! Ils remplacent les très regrettés Tengger Cavalry qui n'ont finalement pas fait le déplacement depuis la Chine (oui, je suis très déçue). Du coup, j'attendais beaucoup de ce groupe que j'apprécie sur les albums. Leur show restera très statique, le manque d'expérience de la scène se faisant ressentir, dommage...

Je ne sais clairement plus ce qu'on a fichu pendant les deux groupes suivant, je suppose qu'on a épongé l'alcool avec pas mal de nourriture! Je me souviens avoir assisté à Khors de loin en mangeant, puis allongée dans l'herbe, et c'était vachement agréable. En fait, je crois que j'ai dormi. Khors est aussi un groupe Ukrainien (non étiqueté nazi, pas d’amalgame!) de black pagan bien planant, génial pour se reposer.

Enfin, le dernier groupe qui nous intéressait vraiment : Graveland. Des polonais qui se revendiquent très très à droite. C'est à ce moment que les journalistes ont sorti leur détecteur de sieg hail. Pas certaine de vouloir assister à une fête aryenne, j'écoute de loin, prête à fuir. Et bien j'aurai eu tort! Musicalement on ne peut pas leur reprocher grand chose. Du coup je me recouche dans l'herbe histoire de bien profiter. Le vin de fleur de Belgique et les nombreuses bières cumulés à la chaleur et à la fatigue auront raison de moi, ce sera le dernier concert de la soirée!
J'écouterai Moonsorrow depuis la tente, ça me suffira! Il est temps de récupérer et surtout, surtout, demain, ne pas faire d'apéro avec les voisins!

LE CAMP DES NOUVEAUX VOISINS
" />


LA FOULE DEVANT FORTERESSE (celui qui me trouve gagne une poutine tabarnak!)
" />


ÉPINGLÉ DANS TOUS LES JOURNAUX
" />

LES TETES D'AFFICHE

The Moon and the Nightspirit

Heidevolk

Moonsorrow


Dernière édition par Sambre le Sam 30 Juil - 9:33, édité 2 fois
avatar
Sambre
Petit crayon
Petit crayon

Féminin Messages : 251
Points : 260
Date d'inscription : 03/07/2016
Age : 27
Localisation : je suis d'ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique de festival : Le Ragnard Rock

Message par Sambre le Jeu 28 Juil - 14:42

Dimanche matin, voici venir le dernier jour de concerts. Après une nuit semblable aux précédentes nous avançons rapidement vers les douches. Nous avons prévu un pic-nique avec les voisins dans le coin de rivière que nous avons découvert vendredi. Dimanche c'est la plus grosse journée, celle qui nous a vraiment décidé à acheter nos billets. (Bon, la proximité du festival a joué également!).
Les concerts qu'on ne veut vraiment pas rater : Monarque, Rotting Christ, Kroda, Gaahl Wyrd et Nargaroth.

Nous partons donc joyeusement à deux voitures, quelques bouteilles, et des saucisses pour un gueuleton au bord de l'eau. Après de nombreuses tentatives, nous arrivons à allumer un feu SUR la rivière, grâce à du bois sec et du vieux journal. Les saucisses grillent tranquillement au bout d'une branche, on savoure le vin et le chouchen loin du festival, les pieds dans l'eau...qu'est-ce qu'on est bien!
Nous restons là quelques heures, avant de rejoindre un bout de plage plus fréquenté, par des familles qui nous dévisagent. Certains d'entre nous ont des look qui ne passent vraiment pas inaperçu! Un peu éméché, on se baigne un dernier coup avant de reprendre la route.

Nous arrivons pile pour les premières chansons de Monarque. Monarque est également une formation québécoise qui joue dans le même registre que Forteresse. Tout repose sur eux pour représenter le metal noir! Et ils auront été à la hauteur, nous ressortons conquis et enchanté par leur prestation!
On se déplace de quelques mètres pour Rotting Christ sur la scène d'à côté. C'est un groupe qui ne me fait ni chaud ni froid sur CD, je n'attend pas grand chose du live. Les grecs nous livrent un black metal de qualité, et une bonne prestation scénique qui me surprennent agréablement!

C'est l'heure de la pause repas. Nous avons racheté des runes, histoire de pouvoir manger ukrainien le dernier soir, ou à défaut vegan. Le stand ukrainien est fermé, rupture de stock, le stand vegan? pareil, il ne reste que du gaspacho! Nos 12 runes (30 euros) ne peuvent pas être reprises. La nourriture s'achète en euros sur les autres stands, on l'a bien profond dans le c...! Il ne nous reste plus qu'à boire de la bière avec....

Les concerts reprennent avec Kroda, groupe ukrainien ouvertement nazis, une fois de plus! Force est de constater que le groupe déchire également et que j'aurais été privée d'un bon concert si j'avais décidé de boycotter tous les groupes d'extrême droite! J'avoue avoir passé beaucoup de temps assise à reprendre des forces pour les deux prochaines têtes d'affiches.

Gaahl Wyrd. Gaahl est un chanteur de black metal charismatique, leader de plusieurs groupes dont le très célèbre Gorgoroth si il ne faut en retenir qu'un. L'an passé il était venu avec une autre formation : God Seed. Cette fois, le projet est tout récent, j'en ai très peu écouté, mais le plaisir de revoir Gaahl est là quoi qu'il en soi!
Je ne suis pas déçue, les compositions sont assez expérimentales, plutôt black pagan et ça envoie du lourd. J'adhère! Peut être plus que certains auront plus de mal avec les morceaux qui sortent des sentiers battus.

Bien qu'épuisée, je continue la course effrénée des concerts de black metal, avec Nargaroth. De grandes stars qui nous ont définitivement convaincu de se rendre au Ragnard Rock. Tout n'est pas bon dans leur discographie, mais certaines compositions sont des chefs d’œuvres emblématiques du genre! Le chanteur est lui aussi un personnage, il nous fait quelques discours sur "arrêtez d'être des blackeux d'internet, ça craint" et des "sucez ma petite BIIIPPP, allez tous vous faire BIIPPP" et "merci aux organisateurs".
Pour la petite histoires, tous leurs bagages se sont perdu dans l'avion, ils sont venu en touristes, ils ont même failli jouer en slip! L'organisation et d'autres groupes leur ont prêté tout ce qu'ils pouvaient (instruments, fringues, maquillage), c'était assez épique! Surtout, ça ne les a pas empêché d'être au top pour clôturer le festival!
J'ai fini allongée par terre, à côté de la fosse, avec vue sur la scène, c'était juste parfait.

Nous rentrons à la tente, après avoir négocié des bières moins chères pour finir nos runes. On pense se repasse mentalement les dernières pistes de Nargaroth quand le sacrilège arriva. Sortie du bar à bénévoles et sans explications, une compilation des pires musiques françaises atteint tout le camping. Pendant 2 heures nous avons tout eu : Capitaine Flamme, Magic System, la Macarena, Johnny Hallyday, Slayer (?!), Céline Dion, j'en passe et des meilleures. Je voudrais juste savoir....pourquoi? Pourquoi finir là dessus? Qui a laissé faire ça?
On se couche tard, même si on sait que demain il faudra tout démonter, c'est avec impatience et une pointe de nostalgie qu'on rentrera chez nous.

BILAN : revient ou ne revient pas l'année prochaine?
Bha moi je dirais plutôt non. C'est vrai que l'organisation rame à fond, que les bénévoles sont en sous effectif, mais ce n'est pas la raison principale.
Le fest devient trop gros (et donc plus difficile à gérer), je me sens moins attirée par le côté viking que dans ma jeunesse. Ce que je voudrais c'est un petit fest' intimiste de black metal. Alors pourquoi pas The Forest Fest ou Under The Black Sun l'an prochain...affaire à suivre.

Et surtout longue vie au RAGNARD ROCK!

Petit coin de paradis en dehors du festival
Spoiler:
" />

Gaahl leader charismatique de Gaahls Wyrd
" />

Ash leader charismatique de Nargaroth
" />

LES TETES D'AFFICHE

DAEMONIA NYMPHE


GAAHL'S WYRD (pas grand chose d'eux pour le moment sur la toile)

NARGAROTH


Dernière édition par Sambre le Sam 30 Juil - 9:39, édité 1 fois
avatar
Sambre
Petit crayon
Petit crayon

Féminin Messages : 251
Points : 260
Date d'inscription : 03/07/2016
Age : 27
Localisation : je suis d'ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique de festival : Le Ragnard Rock

Message par Serely le Sam 30 Juil - 8:45

Toujours aussi sympa ^^ Il va me falloir un peu de temps pour explorer les vidéos que tu as mises (la musique est tellement symbiotique avec ma psyché que je préfère y aller par étapes, mais promis, ça viendra! ^^)

Je trouve que tu as parfaitement souligner les journalistes mange-merde qui se sont empressés de photographier la minorité nazi au détriments des festivaleux qui eux, n'avaient rien demandé. Je trouve aussi que tu as bien rendu l'ambiance et les quelques soucis d'organisation (genre les douches, ou comment me faire péter un câble en deux temps trois mouvements!!) Dommage pour le système de runes que je trouve vraiment défavorable aux visiteurs, mais bon... Faut bien faire son beurre!

La conclusion est chouette aussi, tu assumes le côté subjectif de cette dernière - que ce n'est pas la qualité des groupes ou l'esprit qui te poussent à ne pas revenir, mais bien que tu te sens moins attirée par l'envie d'ailleurs de l'esprit viking (ouais, Céline Dion c'est viking bordel!) Je trouve ça vraiment bien de diffuser des témoignages comme le tien qui changent l'image négative dont souffre le metal. Parce que j'ai l'impression que ça devient de plus en plus laborieux au fil des ans pour les festivals de décrocher des autorisations et j'ai un peu peur qu'à terme, on glisse vers une grosse uniformisation de la musique diffusée et des évènements culturels.

_________________
"un mauvais dessin ne fait pas de moi un mauvais dessinateur"
" Il est impossible d'apprendre sans comprendre, et de comprendre sans savoir."
"Un jour j'étais contente d'avoir trouvé la lumière, avant de réaliser que je venais juste de me cogner la tête."
avatar
Serely
Admin

Féminin Messages : 347
Points : 403
Date d'inscription : 12/06/2016
Age : 29
Localisation : Rhône

Voir le profil de l'utilisateur http://latelierdesartistes.forumactif.org https://serelyartwork.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique de festival : Le Ragnard Rock

Message par Sambre le Sam 30 Juil - 9:19

Merci beaucoup pour ton retour Serely (je retoucherai surement mes textes sur la forme, parce que je suis très pointilleuse). Niveau musique : je ne suis pas une encyclopédie, mais j'ai 10 ans de metal derrière moi, alors j'ai toujours plein de références si tu cherches à découvrir des genres en particuliers!

Je trouve que le metal se démocratise, et c'est un mal. Le Hellfest devient Disneyland, et les concerts sont retransmis sur Arte. On perd tout l'esprit underground de la musique extrême et je refuse de participer à ce genre de trucs!
Autre constatation qui me met en rogne : les hipster se sont emparé du black metal....mais pourquoi?! Je sais que c'est trop bien, trop pas connu, trop pas commercial, mais avec des empaffés pareil qui ne comprennent rien à l'esprit originel de cette musique, le black va couler!

En tous cas, le Ragnard Rock doit continuer d'exister, sans trop se répandre, sinon ça va encore finir sur M6 ces conneries, déjà qu'ils ont la LICRA sur le dos!
avatar
Sambre
Petit crayon
Petit crayon

Féminin Messages : 251
Points : 260
Date d'inscription : 03/07/2016
Age : 27
Localisation : je suis d'ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique de festival : Le Ragnard Rock

Message par Serely le Sam 30 Juil - 9:55

Oui tu soulignes un truc important : la démocratisation d'un genre. Malheureusement, on souhaite aussi la bonne réussite des groupes qu'on aime bien et actuellement, ça passe par une récupération et aseptisation des genres. Bon, les bobos sont cacas, je suis d'accord avec toi. Mais sans Metallica, par exemple, quoiqu'on pense du groupe, certains groupes ne seraient jamais arrivés en France. Je crois que c'est un chemin inévitable à notre époque précise.

Le point positif, c'est que, lorsqu'un mouvement est récupéré commercialement, un autre mouvement underground et héritier se crée forcément en opposition au courant dominant. Les choses évoluent et c'est bien normal. Et puis d'autres groupes parviennent à rester fidèles à l'esprit originel et au public de leurs débuts indépendamment du public nouvellement acquis.

_________________
"un mauvais dessin ne fait pas de moi un mauvais dessinateur"
" Il est impossible d'apprendre sans comprendre, et de comprendre sans savoir."
"Un jour j'étais contente d'avoir trouvé la lumière, avant de réaliser que je venais juste de me cogner la tête."
avatar
Serely
Admin

Féminin Messages : 347
Points : 403
Date d'inscription : 12/06/2016
Age : 29
Localisation : Rhône

Voir le profil de l'utilisateur http://latelierdesartistes.forumactif.org https://serelyartwork.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique de festival : Le Ragnard Rock

Message par Sambre le Sam 30 Juil - 10:50

La plupart des membres de groupes, même un peu connu, ont un boulot à côté pour vivre. Ils savent que leur art ne leur permettra jamais des rentrées d'argent assez régulières. C'est aussi ça l'esprit metal, le refus de la commercialisation.
Du coup, je ne souhaite pas aux groupes que j'aime bien de réussir, mais de rester trVe et fidèles à eux même.
Le public cherche également des groupes peu connus, il se détourne souvent des grosses productions. C'est surtout pour se la péter en citant des noms de groupes imprononçables qu'il est le seul à connaître!

Je pense donc, et j'espère, que la scène metal continue à rester loin de la démocratisation. J'e suppose également que la plupart des gens pris au hasard dans la rue sont incapables de citer le nom d'un groupe de black metal ou de death metal et savent pas que Metallica est un groupe de thrash (du moins à la base)!
avatar
Sambre
Petit crayon
Petit crayon

Féminin Messages : 251
Points : 260
Date d'inscription : 03/07/2016
Age : 27
Localisation : je suis d'ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique de festival : Le Ragnard Rock

Message par Miss-Entropie le Sam 30 Juil - 11:51

La suite d'article est vraiment bien ! = D
Pour le coup, je rejoins Serely dans le sens "Que veux tu en faire", pas tellement dans le sens "est-ce que tu veux être une blogueuse spé dans le domaine"  que "est-ce que tu veux être une blogueuse qui raconte ses pérégrinations/voyages/anecdotes".
Ça changera peu de chose à la qualité intrinsèque de l'article, mais je trouve que le style manque "d'impact". Peut-être que ça vient du fait que je suis un accro à l'idée de la punchline "pan dans ta gueule" et un amoureux du regard absurde et un brin ironique sur les choses (Boulets et Odieux Connard sont un peu mes maitres à écrire), mais ouais peut-être que ça manque un peu d'une plume "personnelle" (je laisse aux autres la liberté de confirmer ou infirmer tout ça).

"Fin... C'est pas désastreux plat et chiant non plus (faut pas déconner), mais ça pourrait être un plus sympas à ajouter.

Après, si t'as pas l'intention spécifique de t'y spécialiser dans ce genre d'exercice, c'est un peu moins important. Dans le sens où y'aura forcement un type d'écriture/de récit qui va plus te plaire, où tu vas plus facilement mettre de ton style, ect... Et du coup, un article qui sort un peu plus de ta routine sans te prendre trop la tête sera à la fois une variation qui te fera du bien et en plus un autre type d'article qui change le lecteur de sa routine et renouvelle son intérêt.

(Pour le coup, on parle de style donc j'assume l'aspect très subjectif de ce que je dis, tu prends si tu penses qu'il y a lieu de prendre, je ne parle pas du tout en tant "qu'autorité".)

Sinon :

Pourquoi es-tu moins attirée par le viking metal maintenant ? Pourquoi l'étais-tu avant ?

Mais sans Metallica, par exemple, quoiqu'on pense du groupe, certains groupes ne seraient jamais arrivés en France.

C'est là où il faut séparer les groupes comme Metallica des groupes plus petit. Metallica, ils sont arrivés et ont été hyper connu tel quel. S'ils avaient voulu, ils auraient pu faire du thrash crado comme dans le (bon vieux) temps ils auraient encore été aussi connu et légendaire (AC/DC et Maiden). Pour un "petit" groupe, c'est plus compliqué, t'es obligé de changer et te conformer à la mode si tu veux être connu de manière aussi grande, la plupart du temps du moins.
Du coup, c'est pour ça qu'on a en ce moment un truc un peu bizarre niveau metal, entre les groupes qui font de la soupe exprès, ceux qui changent pour faire de la soupe et ceux qui reste fidèle à leur valeur, leur musique et leur esprit.
Mais pour avoir été de l'autre coté de la barrière (du moins, au début de l'autre coté), c'est compliquer de juger les groupes qui s'aseptise. Dans le sens où souvent tu commences ton groupe avec d'autre gone, un peu sur un coup de tête, et c'est compliqué de savoir si tu peux leur faire confiance (et te faire confiance) pour toujours préférer la qualité au succès, et comme t'es surtout passionné par le fait de faire de la musique, la plupart du temps, tu continues et te retrouve projeter dans un milieu de commercial sans trop comprendre ta vie. "mais je voulais juste vivre dans une putain de camionnette moi..". Ou alors t'arrête et tu te dis que tu vas faire de la musique dans ton coin après avoir programmer un synthé avec des voix de canards sur chaque touche.

L'aspect particulier de la musique en ce moment, c'est aussi le fait que les mouvances soient quasiment programmées pour être éphémère. On prend un groupe qui a l'air d'être apprécié, on le labellise, on fait des clones, et on recommence. Y'a assez peu de volonté de créer des "super groupes". Du coup ça favorise pas mal des imageries qui attirent un graaand nombre de gens. Et faut pas se mentir, chez les jeunes en ce moment, c'est soit l'éléctro, soit le metal. Du coup ça aide pas mal à faire du "mainstream". C'est vrai que le problème, c'est pas tellement l'aspect où ça devient plus connu, que ses conséquences.

Le metal, la plupart du temps, c'est une double pédale, des power chords et un blair' qui hurle. Faut pas mal fouiller pour en sortir. (d'ailleurs, j'ai pas encore tout écouter, mais j'ai été agréablement surpris par les vidéos que tu as mises.) Et coté publique, c'est pas mieux, beaucoup sont là surtout pour dire qu'ils y étaient, ou juste se murger. Et idem pour les festivals qui vont pas chercher dans les groupes peu connu et préfère mélanger des trucs rien à voir juste pour remplir de groupe connu et attirer un publique plus large.

Le vrai fléau, à mon sens, c'est l'esprit "commercial" et le besoin de revendiquer, de se revendiquer de quelque chose. C'est inutile, agaçant et nocif.

Après, bon... Faut pas abuser non plus, quand on veut du "pur jus" faut toujours chercher, fouiller, éprouver son esprit critique, c'est l'aspect agréable, même si ça empêche pas de vouloir cramer le reste (un bon feu, ça réchauffe, et on peut danser autour à poil.).

Ceci dit, l'espoir n'est pas perdu ! o/ Les articles comme le tiens rappel bien les aspects sympas de "l'esprit metal" autour duquel j'ai tourné sans rentrer dedans activement (si je devais me classifier, c'est plus proche du Hard Rock/Heavy Metal et du Stoner, avec un soupçon de rap, histoire de.), à la cool, sans prise de tête et kiffant le moment.

Et bon, VIVE LE PORC DE CRISTAL ! o/ (faut bien admettre que ça, c'était délirant.)

_________________
On nait, on vit, on crève.
Mais entre temps, il y a les frites.

Bienvenue dans notre arche de Noé du bon goût.
avatar
Miss-Entropie
Admin

Messages : 140
Points : 148
Date d'inscription : 12/06/2016
Localisation : Surf sur les lignes du temps

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique de festival : Le Ragnard Rock

Message par Sambre le Sam 30 Juil - 12:59

Merci pour ton retour, c'est bien une critique du style que j'attendais.
J'aime aussi quand c'est percutant (on se rejoint là dessus) et c'est vrai que tout ce qui est "récit de voyage" j'ai toujours trouvé ça plutôt chiant à lire. Après je ne veux pas tomber dans le "journalisme accrocheur" qui met des adjectifs grandiloquents à chaque phrase. A moi de trouver un juste milieu donc. Je commence à y réfléchir un peu...je vous soumettrait des passages retravaillés et moins "planplan"!

Qu'est ce que je veux en faire? un exercice d'entraînement à l'écriture. Comme je disais ailleurs, si j'écris sans but je n'arrive pas à me motiver. Raconter le fest a été le seul truc qui a réussi à me faire aligner les phrases!

pourquoi le viking avant?
Eh bien, je dirais qu'au lycée j'ai découvert des groupes vachement sympas dans le genre finntroll et toute la clique. Le style est joyeux, entraînant, facile d'accès et pas toujours très technique. L'aspect païen et retour à la nature m'avait charmé.
Aujourd'hui mon oreille à évoluer et je me lasse très vite des riffs folk metal qui sont un peu toujours les même. En mon fort intérieur je me sens pas très "viking", ni même celte, c'est pas ma culture. J'ai croisé des genres qui me parlent beaucoup plus comme le black dépressif. J'aime toujours écouter du folk mais à condition que ce soit original et puis c'est très convivial pour un festival.

Le metal, la plupart du temps, c'est une double pédale, des power chords et un blair' qui hurle. Faut pas mal fouiller pour en sortir.

Mwhaha! c'est tellement plus que ça, je suis presque vexée! Ca fait des années que je fouille et crois moi, des trucs qui sortent du carcan, il y en a! C'est vrai que c'est un peu de la masturbation intellectuelle, mais j'aime dénicher des trucs!
Et encore là, j'ai juste posté les têtes d'affiche du fest, je ne suis pas allée chercher bien loin! Tu me dira quand même ce que t'en pense.
Donc t'es musicien?  

Oui, des metalleux du dimanche qui n'ont rien compris il y en a plein! Des filles qui accompagnent leur copain et qui viennent juste pour exhiber un look en se disant "blackeuses" ça craint, encore plus quand elles se pavanent au milieu d'une bande de nazis. Si elles savaient : le black c'est crade, misanthrope, anti religieux, apolitique, moche, et rien à foutre!

PS : j'oubliais! aimes-tu le sludge post-black metal? un truc assez mainstream qui marche bien depuis quelques années.
avatar
Sambre
Petit crayon
Petit crayon

Féminin Messages : 251
Points : 260
Date d'inscription : 03/07/2016
Age : 27
Localisation : je suis d'ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique de festival : Le Ragnard Rock

Message par Miss-Entropie le Sam 30 Juil - 15:25

Mwhaha! c'est tellement plus que ça, je suis presque vexée! Ca fait des années que je fouille et crois moi, des trucs qui sortent du carcan, il y en a! C'est vrai que c'est un peu de la masturbation intellectuelle, mais j'aime dénicher des trucs!

Vi je sais ! Désolé, je parlais du mauvais metal, celui qui est généralement le plus exposé ect.. Pas des perles et bonnes trouvailles qu'on peut trouver en cherchant et tendant l'oreille aux bons endroits aux bons moments.
C'est vrai que la formulation était un brin douteuse, je pense que j'ai été pas mal influencé par le meme qui avait tourné sur les différentes variante du métal, et les nombreuses blagues sur les bassistes. (Tiens, par exemple : vous savez ce qui se passe quand un bassiste frappe à une porte ? Rien, personne ne l'entend.)

Je vois l'idée pour le viking metal. T'aurais des exemples de blacks dépressifs qui te parlent ?

Qu'est ce que je veux en faire? un exercice d'entraînement à l'écriture. Comme je disais ailleurs, si j'écris sans but je n'arrive pas à me motiver. Raconter le fest a été le seul truc qui a réussi à me faire aligner les phrases!

Ook, je vois l'idée. Et effectivement, les adjectifs grandiloquents c'est pas génial, ça aide plus à rendre le truc plat. L'idée serait plus de "créer" une plume qui te serait propre et reconnaissable, comme le "trait" ou la "pâte" en dessin. Un truc qui fasse qu'on reconnaisse que c'est ton article sans avoir besoin de ta signature. (bon, c'est la théorie, mais en pratique, ça demande pas mal de temps pour y arriver, heheh.) Je sais que j'ai pris l'habitude de "personnaliser" la manière dont je parle au quotidien, je sais pas si ça a vraiment aidé ou pas, mais c'est une piste pour commencer à jouer avec le langage.

Donc t'es musicien?
Uep, "fin, là je suis en pause.
Je fait de la basse depuis mes 15 ans à peu près, ça a commencé à décoller au lycée où j'ai trouvé un groupe de pote avec qui on a tout déchiré. La vie a fait qu'on se soit séparé ensuite. Et puis j'ai trouvé un groupe de métal... éclectique. Le batteur venait du death, le gratteux du black et le chanteur... Me souvient plus, d'un truc assez bourrin. Et moi j'étais en mode "Heavy metal + reggae". Le résultat était sympas, mais j'ai arrêté à cause de ... désaccord de vision, on va dire. Les problèmes inhérents au groupe. ^^" Du coup, là, je vise plutôt des projets solo et surtout l'écriture.

Oui, des metalleux du dimanche qui n'ont rien compris il y en a plein! Des filles qui accompagnent leur copain et qui viennent juste pour exhiber un look en se disant "blackeuses" ça craint, encore plus quand elles se pavanent au milieu d'une bande de nazis. Si elles savaient : le black c'est crade, misanthrope, anti religieux, apolitique, moche, et rien à foutre!

Oui, des metalleux du dimanche qui n'ont rien compris il y en a plein! Des filles qui accompagnent leur copain et qui viennent juste pour exhiber un look en se disant "blackeuses" ça craint, encore plus quand elles se pavanent au milieu d'une bande de nazis. Si elles savaient : le black c'est crade, misanthrope, anti religieux, apolitique, moche, et rien à foutre!

Rah mais putain ! Ça m'agace pareil ! xD C'est vrai que là dessus, Peste Noire s'en rapproche presque. (D'ailleurs, j'ai bien rigolé en repensant à eux en lisant ton article. Le groupe était devenu une private joke dans mon anciens groupe de metal, dont on reprenait "Dans ma nuit" sous 2grammes de plantes en fin de repète, avec la cohé et tout. J'veux dire, les giboulées de poulets quoi.).

D'ailleurs, ça me fait penser, l'aspect "nazi" médiatisé, ça dessert aussi la qualité générale du public. Dans le sens où, où va chercher un gars en manque de reconnaissance sociale et qui veut porter une vendetta contre "l'ordre" ? Dans les trucs qui font peurs aux mémés et qui sont très connus... Et donc ce qui est décrié par les médias. Meh.

PS : j'oubliais! aimes-tu le sludge post-black metal? un truc assez mainstream qui marche bien depuis quelques années.

Je connais absolument pas. T'aurais des groupes à me faire écouter ?
Globalement, dans les groupes qui m'ont marqué dans le registre "métal", y'a surtout Kyuss, Om, Sepultura et Gojira (mais là, c'est surtout parce que y'a des baleines volantes. C'est.. juste... magique.)

_________________
On nait, on vit, on crève.
Mais entre temps, il y a les frites.

Bienvenue dans notre arche de Noé du bon goût.
avatar
Miss-Entropie
Admin

Messages : 140
Points : 148
Date d'inscription : 12/06/2016
Localisation : Surf sur les lignes du temps

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique de festival : Le Ragnard Rock

Message par Sambre le Sam 30 Juil - 16:16

"Tiens on a oublié de brancher le bassiste, pas grave on l'entend pas de toutes façons"
"Et lui, il fait quoi? de la basse, mais surtout il a les clés du local à répet'"

Alors en black dépressif, The groupe qui fait un carton depuis quelques années c'est LIFELOVER. Il y a beaucoup de groupes qui en font de mauvaises copies. Après t'as psychonaut 4 dans le même registre. Et l'imbuvable Shining (le chanteur que j'adore détester). Avec ces 3 là, je pense que t'as les 3 plus gros! Forgotten Tomb aussi, une valeur sure!

Peste Noire! Ca fait 2 ans que Famine vient au Ragnard Rock comme spectateur, il a toujours une troupe de fans autour de lui. Moi j'aime bien "Dans ma nuit!" c'est le seul truc bien qu'il ai fait depuis les débuts du groupe, quand il y avait encore Neige et que ça citait du Baudelaire.

Ouais, et puis surtout les blackeux de forum, qui font tourner les lettres de SOS racisme, comme ça elle circule bien partout et tout le monde est au courant! Au lieu de chialer sur tous les forums, quand tu vois un truc comme ça, surtout tu ne participes pas à sa propagation! Ahhhhh!!!! c'est con un metalleu d'internet!

Sludge post black metal c'est typiquement Regarde les Hommes tomber, pour ne citer que les plus connus;
après en Sludge post hardcore (putain ils sont chiants avec leur sous genres à la mord-moi le noeud!) T'as Céleste que j'avais vu un live et adoré!

Allez, je te mets les liens, je bouillonne d'exemples, je risque d'imploser!

Spoiler:
Lifelover : dépressif et joyeux à la fois, tu sens que la musique est aussi barrée que les mecs qui l'ont composée!



Psychonaut 4 , ils ont pris trop de drogues et ils ont fait un mega bad trip!



Shining :Le mec est détestable, pervers, drogué, adepte d'automutilation, qui déteste son public, et adore jouer le gros connard, se mettre en avant.


Regarde les Hommes Tomber : c'est l'Apocalypse de A à Z, ça blast en permanence, et c'est français.


Celeste : ils ont les paroles et titres les plus nihilistes en français que je connaisse. Un extrait de live pour constater combien leur musique et leur show te retournent le cerveau!


Sepultura ça dépote! Gojira aussi même si je suis pas fan de la voix!
OM : je découvre, et du coup il y a moyen que tu apprécies les liens que j'ai posté.
KYUSS c'est pas trop ma tasse de thé, trop stoner à l'américaine, je me reconnais pas dans cet univers.
avatar
Sambre
Petit crayon
Petit crayon

Féminin Messages : 251
Points : 260
Date d'inscription : 03/07/2016
Age : 27
Localisation : je suis d'ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronique de festival : Le Ragnard Rock

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum